Qui a dit « Go Skillshop » à Hokolo ?

 

Si vous étiez sur Kael’thas en cette fin d’année 2008, vous avez certainement entendu parler d’une affaire très spéciale entourant un joueur nommé < Hokolo >. Une enquête de grande envergure a été lancée suite à sa disparition qui n’a rien à envier à l’affaire « Omar m’a tuer », l’assassinat de JFK, ou le suicide de Marylin. Nous avons pendant longtemps étouffé l’affaire de peur que cela nuise à la réputation de notre guilde. Mais on m’a demandé de ré ouvrir le dossier récemment, après deux ans, jour pour jour, et de dévoiler ce qui s’est réellement passé.

Tout commence un vendredi 19 décembre 2008 quelques minutes avant minuit sans qu’on s’y attende. A vrai dire nous n’avions pas prêté attention à cette soirée, plutôt tranquille. C’était un mois après la sortie de WotLK, les joueurs de notre guilde étaient déjà tous niveau 80 et nous avions tué Kel’thuzad quelques jours auparavant. Nous avions passé la veille et l’avant-veille sur Malygos 25, et en ce vendredi nous voulions rouler sur Naxxramas pour se détendre. Bref rien de consistant, ce pourquoi j’ai oublié les détails de ce raid (l’enquête m’a permis d’avoir plus de précisions par la suite, mais je dois avouer que le lendemain, je ne me souvenais plus de grand-chose).

Bref, en ce vendredi 19 décembre 2008, nous avions monté un raid 25, nous étions nombreux, peut-être 35 connectés, il ne me semble pas que Ratak et moi ayons sélectionnés les joueurs ayant la possibilité de participer au raid, je crois que nous avons tout simplement pris les 25 premiers connectés entre 20 heures et 20H30 dont, Hokolo.

La soirée ne se passe pas trop mal. Rien d’extraordinaire. Nous avons été ralentis par quelques wipes mais ce n’était pas catastrophique, les joueurs étaient un peu relâchés. Je crois que l’ambiance était bonne. Enfin disons plutôt que personne dans ce raid n’à souvenir d’une soirée particulièrement mauvaise avec de la tension. Une soirée comme une autre, qu’on aurait vite oublié si elle ce s’était pas terminée de cette manière.

Le raid prend fin quelques minutes avant minuit. Je ne m’en souviens pas particulièrement mais l’enquête a montré qu’Hokolo a déguildé vers 23H57 (heure vérifiée). Car oui c’est de cela dont il s’agit. Alors que certains d’entre-nous étaient encore à Naxxramas en train de se téléporter vers Dalaran, Hokolo quitte la guilde. Il n’y a eu aucune réaction sur le canal de guilde (détail qui a son importance). Ratak et moi le wispons chacun de notre côté, en même temps : « Qu’est ce qu’il se passe Hokolo ? ».

Il nous répond, à l’un comme à l’autre : « quelqu’un m’a dit GO SKILLSHOP ». Il quitte le ts, disparait du serveur ; nous n’étions pas prêts de le revoir.

La première réaction de Ratak a été « il faut étouffer l’affaire, si ça se sait, c’est la fin de Stratics ». Nous ne pourrions jamais l’assumer.  Comment un joueur Stratics, qui jure courtoisie et respect des autres joueurs sur sa boite de Warcraft, peut-il proposer à Hokolo d’aller au vendeur de compétence, et en anglais ! Hokolo était pourtant très calme, très gentil, plutôt discret, et nous lui avions dit la semaine précédente que nous étions contents de lui (discussion qui a eu lieu sur teamspeak, quelques minutes pour lui dire : « c’est bien on est fier de toi, on aimerait te garder »).

De mon côté, je savais qu’il serait presque impossible de mentir aux joueurs quant aux réelles raisons de la disparition d’Hokolo. Je suis resté évasif quand les jours suivants certains m’ont demandé de ses nouvelles. Mais ce que je voulais avant tout c’était savoir qui était le bougre d’andouille qui avait osé lui dire « Go Skillshop ».

Nous nous sommes réunis avec Ratak plusieurs nuits sur teamspeak. Chacun évoquant les différents aspects de cette soirée tragique. Hokolo ne reviendrait pas, nous l’avions compris. Peut-être disparu à jamais de ce jeu cruel où ceux qui pensent être plus efficaces se permettent d’envoyer les plus faibles dans des boutiques de skill. Nous avons, au bout d’une semaine, établis la liste des 24 suspects, oui seulement les 24 qui étaient dans le raid, nous avons omis les 10 qui tournaient à Dalaran, les joueurs extérieurs à la guilde et Hokolo lui-même.  Nous pensions que ca porterait rapidement ses fruits.

On a d’abord pensé à se disculper l’un, l’autre, Ratak et moi. Bien que certains pensent encore que c’est moi qui en était l’auteur, ceux qui me connaissent savent que ces mots ne sont pas les miens. Je n’en étais pas tout à fait sûr pour Ratak mais s’il acceptait de mener l’enquête c’est qu’il était lui aussi innocent (ou qu’il essayait de brouiller les pistes mais j’ai vite abandonné cette hypothèse tant il n’en dormait plus de la nuit, comme moi).

L’enquête avance, on s’est retrouvé avec 22 suspects du raid. On a commencé par les chamans qui étaient sur un canal avec lui. Une petite discussion avec Baldur a permis de s’assurer de son innocence jurant sur la tête de ses enfants.

Puis, nous nous sommes attaqués à un des principaux suspects : Morkoo. C’était tout de suite plus crédible, il était parfois agressif, il maniait bien le franglais, le langage SMS et il était Chaman. Et il avait un mobile, il n’appréciait guère Hokolo qui lui faisait de l’ombre. Morkoo a été le premier à suivre un interrogatoire très musclé. Lampe de bureau dans la figure, privé de repas et d’eau, molesté à plusieurs reprises, il n’a pas bronché, il est resté sur sa ligne de défense : « je vous jure sur ma moto que ce n’est pas moi qui lui ait dit d’aller au Skillshop ». Sous la pression, nous avons réussi à lui faire avouer quelques pseudos. Il a parlé de Morfessa le nerveux et de Trakhan le gamin hyperactif.

S’en est suivi deux interrogatoires mouvementés pour les deux suspects balancés par Morkoo. Nous n’avons rien obtenu après des heures de discussion. Trakhan jure sur sa hache épique  que ce n’est pas lui mais sous la pression accuse Chouji. Morfessa de son côté a juré sur sa mère qu’il n’était pas coupable, mais évoque lui aussi Chouji.  Ce dernier nie : « Bal je te jure sur le Coran de la Mecque que ce n’est pas moi ». Cinq suspects interrogés et l’affaire a commencé à faire grand bruit au sein de la guilde on a même eu des fuites à l’extérieur. Cette fois ca en est trop, le serveur entier nous demande de venger Hokolo.

Ratak hausse le ton pendant un raid. « Maintenant ça suffit ! Qui a dit Go Skillshop à Hokolo ?! »  Silence de mort sur le ts. Et puis, HMC s’est exclamé « ce n’est pas moi, mais je sais, il me l’a dit ». Tout le monde est resté stupéfait. Une forte somme d’argent lui a été proposée mais HMC a refusé de vendre la mèche, peur des représailles. Nous avons alors pensé qu’il s’agissait de lui, ça collait à peu près, son caractère parfois colérique l’amenait à utiliser de l’anglais, et je le voyais bien agresser Hokolo sous la colère. Nous avons passé plusieurs soirées sur lui, il ne voulait pas répondre directement ; on a essayé d’obtenir des indices comme dans un livre d’Agata Christie « est-ce qu’il est encore dans la guilde ? Est-ce qu’il était dans le raid ? ». HMC a refusé de répondre à nos questions, à chaque fois qu’on l’accusait il répondait invariablement « vous savez que ce n’est pas moi ».

Il nous restait 9 suspects, tous ont été auditionnés, sans succès. On est alors passé aux joueurs en dehors du raid, Stam a d’ailleurs été longuement suspecté, il nous a juré sur Chouquette que non et qu’il n’aurait jamais eu peur de le dire même si ca lui avait amené à se faire kick de la guilde. Car c’était cela que redoutait les joueurs, l’éviction de la guilde. Celui qui avait dit « Go Skillshop » à Hokolo  risquait la peine capitale : jouer avec la < Brigade des Eponges > jusqu’à la fin de ses jours, ou pire, chez les < Wrath >.

Ratak a eu alors une idée, si certains savent mais veulent rester anonymes, alors lançons un sondage sur le forum. Nous avons donc lancé un vote anonyme à choix multiple où le pseudonyme de Kazamal a été évoqué. Il a nié, jurant sur sa dernière bouteille de Vodka.

Quatre mois plus tard dans une lumière tamisée, cigarette à la bouche, nous nous sommes réunis avec Ratak, nous avons posé les photos des suspects sur notre bureau et nous avons avoué avoir échoué. Nous risquions de ne jamais retrouver le gars du Skillshop.

Une autre affaire a détourné notre attention. Nous avons enquêté sur le vol des macros Malygos par les Wrath et avons retrouvé Koub qui a tout avoué après un interrogatoire musclé. Nous en avons profité pour lui demander, le même jour « maintenant tu peux nous le dire, c’est toi qui a dit Go Skillshop à Hokolo ». Mais non, cela aurait été trop simple il a avoué les macros de Malygos mais Hokolo ça n’était pas lui.

L’opération Manokha nous a occupé plusieurs semaines, il y a eu ensuite la disparition de < Therequiem > toujours non résolue à ce jour, Hokolo était presque oublié. Mais il m’arrivait de me réveiller en sursaut la nuit et de repenser à lui. C’est à 3 heures du matin un an plus tard, une nuit de décembre 2009 sous la neige, que je suis allé retrouver Hmc, au garage à vélo, lui il savait ! Je l’ai supplié de me répondre et il m’a avoué : « je ne l’ai jamais su, ça me faisait marrer de vous voir chercher, je voulais participer ». Le lendemain, j’interrogeais une dernière fois Kazamal qui m’a dit que ça n’avait jamais été lui et qu’il était triste que je l’eusse pensé. J’en étais désespéré, mes derniers espoirs venaient de s’effondrer. Nous ne saurions jamais pour Hokolo.

Les mois ont passés, l’affaire a été archivée, le coupable courait peut-être toujours dans la guilde, impuni. Puis, un petit matin j’ai reçu dans ma boîte privée sur notre forum, un mail d’Hokolo qui souhaitait avoir de mes nouvelles !!!!  Je crois qu’il ne se rendait pas compte à quel point son nom étaient synonyme d’un casse-tête sans fin. Je lui ai immédiatement renvoyé un message : « Hokolo, ca fait plus d’un an que je n’en dors plus de la nuit, s’il te plait, après tout ce temps, dis moi QUI t’a dis GO SKILLSHOP ».

Je ne pensais pas qu’il me répondrait, mais il l’a fait. En lisant sa réponse mon visage s’est éclairé, seul Galilée le jour où il a compris que la terre tournait autour du soleil a pu ressentir la même chose que moi.  C’était évidant mon cher Watson.

Aujourd’hui Hokolo est revenu jouer avec nous, la vérité demandez-lui, je n’ose pas parler à sa place. Je suis un homme libéré de ce tourment mais je garde au fond de ma poche, une photo de  < Therequiem >, ancien Stratics, qui lui n’a jamais été retrouvé…

Bal